Merci à notre partenaire principalRio Tinto Alcan

Inscription à
l'infolettre

Vous devez remplir tous les champs.

L'adresse courriel doit être valide.


Mes deux premières courses se sont très bien déroulées. J’ai terminé 2ème la semaine dernière aux 24 km «skate» de Jonquière et 1er aux 20 km «classique» d’Alma.

Les deux courses ne se sont pas faites dans une zone de confort. Les principaux fondeurs régionaux étaient tous présents. Le plus redoutable de tous était Luc Thériault, un intouchable en style skate. Il terminait, il y deux ans, sur le podium à la prestigieuse Keskinada, une compétition internationale qui regroupe 2500 fondeurs. Luc est un ami et en plus un super encadreur au 1000 km.

Pour ce qui est de la course de «skate», tout s’est bien déroulé. Un départ très rapide, Luc prend la tête et va disparaitre sans opposition. Il terminera avec 2 minutes d’avance sur notre groupe. De notre côté, tout le monde se surveille. Avant que le dernier tour arrive, j’attaque et tout le monde répond. Julien Bouchard en profite pour faire une échappée, il prend 300 mètres d’avance sur notre groupe. Je suis bloqué derrière et ne peut réagir à l’attaque de Julien, je réussi tout doucement à dépasser les trois fondeurs devant moi et j’amorce une remontée sur Julien, après 1 kilomètre de chasse, je le rejoins et nous partons ensemble vers l’arrivée. J’ai la chance de le passer dans une descente et je ne lui laisserai plus jamais la tête. Nous terminerons 2e et 3e avec le sentiment du devoir accompli.

Samedi dernier, nous sommes de retour à Alma cette fois avec les mêmes compétiteurs pour un 20 kilomètres style classique. Je maitrise bien ce style, disons que si mon dos tient le coup, je livre de bons résultats habituellement.

Le départ est canon! Le parcours plat à 90% ne donne pas la chance de faire une différence. Tout le monde se suit l’un derrière l’autre, mais à la première côte on réussit à prendre un peu d’avance sur le groupe. Nous sommes Luc, Julien et moi en échappée. Je suis le rythme imposé, mais disons que je suis à 97% de mon maximum. La course avance et je tiens le coup, kilomètre par kilomètre. Au dernier tour, Luc diminue un peu la cadence et j’en profite pour souffler un peu. Je réalise que j’ai de bons bras et une bonne retenue qui va surement me servir dans la dernière côte avant l’arrivée.
Lorsque la montée arrive, je décide de monter en dehors des traces et de mettre l’accélérateur au max. Je prends finalement une légère avance à ma grande surprise et conserve ce 3 secondes jusqu’à la fin.
Pour moi, de finir devant Luc était vraiment une fierté, car je l’apprécie et le considère tellement. Je sais que ce n’est que partie remise, un champion sait comment revenir plus fort!!

Pierre

Ajouter un commentaire

Chargement
Veuillez patienter